Le jugement relatif au fait de parler avec djinns et de solliciter leur aide dans la rouqya | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Mardi 16 Safar 1441 H - 15 octobre 2019 G



Fatwa n° 1143

Catégorie : Fatwas Médicales

Le jugement relatif au fait
de parler avec djinns et de solliciter
leur aide dans la rouqya

Question :

Est-il permis à l’exorciseur [râqî] de parler et de s’entretenir avec les djinns, de les inviter à se convertir à l’Islam, et de demander leur aide pour connaître la nature de la magie ?

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

Il est illicite de rendre visite aux devins et aux voyants, de solliciter les djinns et de parler avec eux de manière à croire tout ce dont ils informent, et de leur accorder trop de considération(1).

En effet, il est authentiquement rapporté du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم qu’il avait dit : « Celui qui se rend chez un voyant et l’interroge sur quelque chose, sa salât [prière] ne sera pas acceptée durant quarante nuits. »(2)

En outre, il est authentiquement attesté que Mou‘âwiya Ibn Al-Hakam As-Soulamî رضي الله عنه a dit : « J’ai dit : “ Ô Messager d’Allâh, il y avait des choses que nous pratiquions à l’époque préislamique, notamment, nous avions pour habitude de rendre visite aux devins. ” Ce à quoi il répondit :  Ne rendez point visite aux devins.  »(3)

Al-‘Arrâf est un nom donné au devin, à l’astrologue, au géomancien et autres parmi les gens qui parlent en prétendant connaître les choses de l’Invisible (Al-Ghayb)(4). Ils sont, en effet, les frères des diables et leurs messagers.

À propos des devins qui sont les messagers des diables, Ibn Al-Qayyim ـ رحمه الله ـ dit : « … car les polythéistes se hâtent [d’aller] vers [les devins] et se réfugient auprès d’eux dans leurs affaires importantes. Ils les croient et les prennent comme juges tout en agréant leurs sentences, tel que le faisaient les suiveurs des messagers avec les envoyés [d’Allâh عزّ وجلّ]. Les polythéistes croient que les devins connaissent l’Invisible et informent des choses occultes qu’ils sont les seuls à connaître. Ils occupent, aux yeux des polythéistes, le même rang que les messagers [d’Allâh]. Les devins sont véritablement les messagers du diable. Il les a dirigés vers son parti, constitué de polythéistes ; il a fait ressembler ces devins aux véridiques messagers à tel point que son parti leur a favorablement répondu. Aussi, le diable a présenté les messagers d’Allâh sous l’image des devins afin que [les gens] les répugnent, et faire ainsi de ses messagers à lui des véridiques qui connaissent parfaitement l’Invisible [Al-Ghayb]. Puisqu’une grande différence oppose les deux types de messagers, l’Envoyé d’Allâh صلَّى الله عليه وسلَّم a dit :  Quiconque rend visite à un devin et croit ce qu’il dit, a mécru en ce qu’a été descendu sur Mouhammad.  »(5)

Il n’est pas permis de solliciter leur aide, car cela fait partie du polythéisme (chirk), ni de les employer pour réaliser des œuvres, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, puisque cet acte est inclus dans le domaine de la magie et de l’imploration des diables. C’est un acte qui transgresse la croyance [musulmane], d’autant plus qu’il affaiblit aussi la force de l’exorciseur et sa confiance en direction d’Allâh عزّ وجلّ Cet acte ouvrirait la porte au mal contre le Tawhîd pour celui parmi les charlatans qui utilise les djinns, et transgresse la spécificité qu’Allâh a accordée à Son prophète Soulaymân (Salomon) عليه السلام et qui consiste à lui soumettre les djinns pour le servir.

Allâh عزّ وجلّ dit à ce titre :

﴿قَالَ رَبِّ ٱغۡفِرۡ لِي وَهَبۡ لِي مُلۡكٗا لَّا يَنۢبَغِي لِأَحَدٖ مِّنۢ بَعۡدِيٓۖ إِنَّكَ أَنتَ ٱلۡوَهَّابُ ٣٥[ص]

Sens du verset :

Il dit : “ Seigneur, pardonne-moi et fais-moi don d’un royaume tel que nul après moi n’aura de pareil. C’est Toi le grand Dispensateur.”  ﴿ [s. Sâd : v. 35]

Il est interdit à une personne incapable de faire une distinction entre les paroles véridiques des djinns, qui sont conformes à la Révélation, et celles qui sont mensongères et qui dérogent à la Révélation, de parler avec eux (les djinns). On craint [pour cette personne] qu’elle ne soit induite [en erreur] et dupée par les diables, sachant qu’ils abusent grandement des gens. Allâh عزّ وجلّ dit à ce titre :

﴿يَٰبَنِيٓ ءَادَمَ لَا يَفۡتِنَنَّكُمُ ٱلشَّيۡطَٰنُ كَمَآ أَخۡرَجَ أَبَوَيۡكُم مِّنَ ٱلۡجَنَّةِ[الأعراف: 27]

Sens du verset :

Ô enfants d’Adam ! Que le diable ne vous tente point, comme il a fait sortir du paradis vos père et mère﴿ [s. Al-A‘râf : v. 27]

Et Il عزّ وجلّ a dit :

﴿إِنَّ ٱلشَّيۡطَٰنَ لَكُمۡ عَدُوّٞ فَٱتَّخِذُوهُ عَدُوًّاۚ إِنَّمَا يَدۡعُواْ حِزۡبَهُۥ لِيَكُونُواْ مِنۡ أَصۡحَٰبِ ٱلسَّعِيرِ ٦[فاطر]

Sens du verset :

Le diable est pour vous un ennemi. Prenez-le donc pour ennemi. Il ne fait qu’appeler ses partisans pour qu’ils soient des gens de la fournaise.﴿ [s. Fâtir (le Créateur) : v. 6]

Et Il عزّ وجلّ a dit :

﴿أَفَتَتَّخِذُونَهُۥ وَذُرِّيَّتَهُۥٓ أَوۡلِيَآءَ مِن دُونِي وَهُمۡ لَكُمۡ عَدُوُّۢ[الكهف: 50]

Sens du verset :

Allez-vous cependant le prendre, ainsi que sa descendance, pour alliés en dehors de Moi, alors qu’ils vous sont ennemis ?﴿ [s. Al-Kahf (la Caverne) : v. 50]

Et Il عزّ وجلّ a dit :

﴿وَمَن يَتَّخِذِ ٱلشَّيۡطَٰنَ وَلِيّٗا مِّن دُونِ ٱللَّهِ فَقَدۡ خَسِرَ خُسۡرَانٗا مُّبِينٗا ١١٩ [النساء]

Sens du verset :

Et quiconque prend le diable pour allié au lieu d’Allâh, sera, certes, voué à une perte évidente﴿ [s. An-Nişâ’ (les Femmes) : v. 119]

L’inimitié des diables ne s’arrêtera point, ni ne chan­gera. La tentation avec laquelle ils séduisent les gens est grande. Ils font preuve d’une éminente expertise dans la duperie. Les diables pourraient faire croire aux gens que le récitateur-exorciseur est doté d’un secret particulier pour lequel les djinns prennent l’engagement de ne pas revenir [hanter] le malade possédé par exemple. De la sorte, les gens viennent à lui se serrant devant sa porte, chose qui mènera l’exorciseur à se satisfaire de sa personne et être atteint d’orgueil, d’ostentation et d’arrogance. Il succombera aux illusions et à la tentation. C’est pourquoi il est obligatoire d’éviter de tomber dans de telles perversions et de barrer toutes voies y menant.

Néanmoins, il est permis d’interroger les djinns et de dialoguer avec eux en vue d’examiner leur cas, de connaître la forme de leur agression afin de repousser et d’enlever l’injustice par laquelle ils ont accablé l’opprimé, pour savoir aussi quelle est leur croyance en vérifiant ce qu’ils cachent dans leur for intérieur, tout en étant capable de distinguer leurs paroles véridiques de leurs mensonges. Cela est prouvé par le fait que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم avait mis en épreuve Ibn Sayyâd le devin à qui le diable venait et par la bouche duquel il parlait. Car le diable est doté d’une capacité qui lui permet de toucher l’homme, comme dit Allâh عزّ وجلّ :

﴿إِلَّا كَمَا يَقُومُ ٱلَّذِي يَتَخَبَّطُهُ ٱلشَّيۡطَٰنُ مِنَ ٱلۡمَسِّ[البقرة: 275]

Sens du verset :

que comme se tient celui que le toucher du diable a bouleversé﴿ [s. Al-Baqara (la Vache) : v. 275]

Et le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit : « Certes, le diable court dans l’enfant d’Adam tel que le sang qui y circule. »(7) Il est bien connu qu’un être humain normal est incapable de voir le djinn, car ce dernier est une âme dépourvue de corps visible.

Allâh عزّ وجلّ dit à ce titre :

﴿إِنَّهُۥ يَرَىٰكُمۡ هُوَ وَقَبِيلُهُۥ مِنۡ حَيۡثُ لَا تَرَوۡنَهُمۡ [الأعراف: 27]

Sens du verset :

Il vous voit, lui et ses suppôts, d’où vous ne les voyez pas. ﴿ [s. Al-A‘râf : v. 27]

Le devin ne voit pas le djinn dans sa [véritable] image, mais il se présente à lui sous une autre figure et l’informe.

Il est effectivement attesté dans les deux recueils au­thentiques (As-Sahihayn) d’après le hadith rapporté par Ibn ‘Oumarرضي الله عنهما que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم questionna Ibn Sayyâd en disant : « Que vois-tu ? » Ibn Sayyâd répondit : « Je reçois des véridiques et des menteurs. » Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit alors : « Tu es en confusion. » Ensuite, le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم lui dit aussi : « Je te cache quelque chose [devine-la]. » Ibn Sayyâd dit : « C’est Ad-Doukh [la fumée]. » Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit alors : « Éloigne-toi ! Tu ne dépasseras jamais ton statut. »(8)

Al-Khattâbî ـ رحمه الله ـ dit que la mise en épreuve menée par le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم [contre Ibn Sayyâd], en lui cachant le verset de la fumée, est justifiée parce qu’il entendait de la part de ce dernier qu’il prétendait la divination et parler des choses invisibles. Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم l’a testé pour savoir la vérité surson cas et le démasquer devant les Compagnons, et qu’il estun devin magicien à qui le diable rendait visite(9).

En effet, ce qui est permis avec l’homme dont on ignore la situation l’est aussi avec le djinn. L’information donnée par un homme pervers doit être écoutée, mais il faut vérifier [sa véracité] pour qu’on puisse se préserver de lui. Allâh dit à ce titre :

﴿إِن جَآءَكُمۡ فَاسِقُۢ بِنَبَإٖ فَتَبَيَّنُوٓاْ[الحُجُرات: 6].

Sens du verset :

Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair.﴿ [s. Al-Houdjourâte (les Appartements) : v. 6]

C’est à partir de ce constat qu’un nombre de savants a refusé d’accepter le récit de l’homme dont on ignore la situation, car il est probable qu’il y soit pervers, en réalité. Il en est de même pour l’information des mécréants et des libertins. On n’affirme pas que qu’elle est véridique ni mensongère, bien qu’il soit permis de l’écouter (cette vérité).

La preuve qui permet d’écouter ce qu’ils (les pervers et les débauchés) disent, sans toutefois les croire ni les démentir, est ce qu’a rapporté Aboû Hourayra رضي الله عنه qui a dit : « Les Gens du livre lisaient en hébreu la Thora et l’expliquaient en arabe pour les gens de l’Islam. Alors, le Messager d’Allâh صلَّى الله عليه وسلَّم dit :  Ne croyez pas les Gens du Livre et ne les traitez pas de menteurs, mais dites plutôt :  Nous avons foi en Allâh et en ce qu’Il nous a été révélé.’  »(10)

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

Alger, le 5 de Djoumâdâ Al-Oûlâ 1418 H,
correspondant au 7 septembre 1997 G.

 



(1) Voir les préjudices du fait de dialoguer avec les djinns dans le livre : Ad-Dalîl Wal-Bourhân ‘Alâ Boutlân A‘râd Al-Mass Wa Mouhâwarat Al-Djân de Madhat ‘Âtif, p. 44/48.

(2) Rapporté par Mouslim (2230), d’après Safiyya selon certaines épouses du Prophèteصلَّى الله عليه وسلَّم. Et ce hadit est aussi rapporté par Ahmad (16638) dans ces termes : « Celui qui se rend chez un voyant et l’interroge sur quelque chose, sa salât [prière] ne sera pas acceptée durant quarante nuits. »

(3) Rapporté par Mouslim (537), d’après Mou‘âwiya Ibn Al-Hakam As-Soulamî رضي الله عنه.

(4) Ce qui attire l’attention, est qu’il fait partie de la divination et de l’astrologie, le fait de croire aux signes du zodiaque qui se répandent dans les journaux et les revues. En effet, il est illicite au lecteur de s’informer sur sa chance de ces signes du zodiaque (horoscope), même sans les croire. Et l’établissement du statut illicite est fondé sur le principe de bloquer le moyen menant au polythéisme.

(5) Rapporté par Ahmad (9536), d’après le hadith d’Abî Hourayra رضي الله عنه et ce hadith est jugé sahîh (authentique) par Al-Albânî dans Sahîh Al-Djâmi‘ As-Saghîr (5939).

(6) Ighâthat Al-Lahfân d’Ibn Al-Qayyim (1/197).

(7) Rapporté par : Al-Boukhârî (2039) et Mouslim (2075), d’après Safiyya رضي الله عنها.

(8) Rapporté par : Al-Boukhârî (1354) et Mouslim (2930), d’après Ibn ‘Oumar رضي الله عنهما.

(9) Cf. : Ma‘âlim As-Sounane d’Al-Khattâbî (4/503).

(10) Rapporté par Al-Boukhârî (7362), d’aprèsAboûHourayraرضي الله عنه.