De l’annulation du contrat religieux de mariage à cause de la tergiversation du mari | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Dimanche 21 Dhou El-Qa`dah 1441 H - 12 juillet 2020 G



Fatwa n° 551

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille - La fin de l'acte de mariage - Le divorce

De l’annulation du contrat religieux de mariage
à cause de la tergiversation du mari

Question :

Un frère a conclu un contrat religieux de mariage avec moi. Depuis, il n’a pas cherché à avoir de mes nouvelles et il ne m’a pas contactée. Moi aussi, je n’ai rien su à son sujet. Quand j’ai contacté (les membres de) sa famille, on m’a répondu qu’ils ne sont pas concernés, sachant qu’ils étaient au courant de ce mariage. Notre mariage a duré deux ans et demi ainsi, alors que mon cas est toujours en suspens. Lorsque je l’ai informé que je ne pouvais plus supporter cette situation, il s’est tu et n’a rien fait jusqu’à maintenant. Que dois-je faire ?

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

La femme a le droit de lui imposer (à son fiancé) par l’intermédiaire de sa famille (à elle) un délai déterminé afin qu’il accomplisse le mariage avec elle, le consomme et la pourvoit d’un logement (qui lui est) convenable de sorte qu’il ne la quitte pas, conformément aux conditions auxquelles ils ont consenti dans le contrat.

Dans le cas où il refuse ou dépasse le délai qui lui est fixé, la femme aura le droit d’annuler le contrat et de lui restituer ce qu’il lui a donné dans une assemblée d’annulation de contrat que sa famille organisera, que l’intéressé y soit présent ou non, ou charge quelqu’un d’autre de le remplacer ou non. Cela concerne le cas du contrat religieux de mariage, car dans le cas d’un contrat civil, il faudra qu’elle remette son affaire au juge pour qu’il l’annule.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 22 de Chawwâl 1427 H,
correspondant au 14 novembre 2006 G.