Échanger ouvertement des propos relatifs à l’acte sexuel lors des rapports intimes | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Lundi 14 Rabî` Eth-Thânî 1442 H - 30 novembre 2020 G



Fatwa n° 680

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille - L'acte de mariage - Les étiquettes du mariage

Échanger ouvertement des propos relatifs
à l’acte sexuel lors des rapports intimes

Question :

Est-il permis aux deux époux, lorsqu’ils se caressent ou ont des rapports intimes, d’échanger des propos en relation avec l’acte sexuel en utilisant des expressions argotiques ou en se parlant dans le dialecte local, sachant que ces propos sont considérés par le commun des gens comme des propos offensants, indécents et obscènes ? Qu’Allâh vous récompense.

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

On ne doit pas échanger ouvertement des propos en parlant de choses rebutantes relatives à l’acte sexuel, que ce soit pour provoquer le plaisir lors des caresses ou des rapports intimes ou pour atténuer la gravité du sujet dont on parle ou pour d’autres motifs encore, vu que cela implique une ressemblance avec les dépravés qui usent de ces expressions obscènes qu’Allâh عزّ وجلّ n’agrée point. En effet, l’interdiction de cela est évoquée par le caractère général du hadith dans lequel le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit : « Certes, Allâh n’aime pas celui qui profère des paroles indécentes et s’efforce à dire des obscénités. »(1) L’indécence, c’est tout ce qui dépasse les limites légales au point que cela devient répréhensible, par l’acte, la parole ou le caractère. Autrement dit, c’est tout propos ou acte blâmable qui va au-delà des limites permises. Quant à celui qui se livre intentionnellement à dire des obscénités, celui-là, certes, a un caractère dépravé.

‘Â’icha رضي الله عنها avait relaté les bonnes manières du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم en disant : « Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم ne proférait point de paroles indécentes et ne se livrait jamais à dire des obscénités et n’était pas une personne qui criait dans les marchés. »(2) Dans une autre version, elle dit : « Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم ne proférait point de paroles indécentes et ne se livrait jamais à dire des obscénités. Il disait : “Certes, les meilleurs parmi vous sont ceux qui ont la plus haute moralité.” »(3) De plus, le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم nous a interdit l’agressivité et l’obscénité(4) et certes, la meilleure voie à suivre est celle de Mouhammad صلَّى الله عليه وسلَّم.

En outre, les gens du bien évitent de dire expressément des choses méprisables. Pour en parler, ils utilisent, plutôt, l’insinuation ou des signes significatifs.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 14 de Rabî‘ Al-Awwal 1428 H,
correspondant au 2 avril 2007 G.

 



(1) Rapporté par Aboû Dâwoûd (4792), par Al-Boukhârî dans Al-Adab Al-Moufrad (755). Ce hadith est jugé haşane (bon) par Al-Albânî dans Al-Irwâ’ (2133).

(2) Rapporté par At-Tirmidhî (2016) et par Ahmad (25990), par l’intermédiaire de ‘Â’icha رضي الله عنها. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albânî dans Al-Michkât (5820).

(3) Rapporté par : Al-Boukhârî (3559), Mouslim (2321) et At-Tirmidhî (1975), par l’intermédiaire de ‘Abd Allâh ibn ‘Amr رضي الله عنهما.

(4) Al-Boukhârî a rapporté, concernant le hadith dans lequel le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit : « Allâh répond aux invocations que nous faisons contre les juifs, et Il ne répond pas aux invocations qu’ils font contre nous. » (6401) un hadith par l’intermédiaire de ‘Â’icha رضي الله عنها qui a dit : « Les juifs étaient venus vers le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم et lui avaient dit : “As-Sâm ‘Alayk [que la mort soit sur toi].” Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم leur avait, alors, répondu : “Wa Alaykoum [et sur vous aussi]. Mais, ‘Â’icha رضي الله عنها leur avait répondu : “Wa ‘Alaykoum As-Sâm [que la mort soit sur vous aussi] et qu’Allâh vous maudisse et soit en colère contre vous.” Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit à ‘Â’icha : “Doucement, ‘Â’icha ! Sois bienveillante et éloigne-toi de la violence et de l’obscénité.” ‘Â’icha lui rétorqua : “N’avez-vous pas entendu ce qu’ils ont dit ? Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم lui dit enfin : “N’as-tu pas entendu ce que je leur ai dit ? Je leur ai répondu, et Allâh acceptera l’invocation que j’ai faite contre eux et n’acceptera pas l’invocation qu’ils ont faite contre moi.” »