Fatwa n° 479

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille - L'acte de mariage - Les étiquettes du mariage

L’interdiction demeure
même si la mariée change toute seule
ses vêtements pour At-Tasdîra

Question :

Vous avez dit – notre cheikh – qu’il est interdit à la mariée de faire At-Tasdîra(1). L’interdiction est-elle portée sur le grand nombre de robes utilisées ou est-elle portée sur le dévoilement de la ‘Awra de la mariée devant celles qui lui viennent en aide lorsqu’elle change de vêtements ? Par ailleurs, l’interdiction demeure-t-elle si la mariée change toute seule ses vêtements ?

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

Les vêtements que porte la mariée en faisant At-Tasdîra devant l’assemblée des femmes impliquent manifestement beaucoup de prodigalité et de gaspillage, car la plupart de ces habits ne seront point utilisés après la consommation du mariage. En dehors de cela, cette coutume engendre une attitude d’orgueil et d’ostentation.

Parmi les nuisances occasionnées par cette coutume, le fait que la fermeture à glissière se trouve du côté arrière en haut de la robe, ce qui fait que la mariée sera incapable de changer toute seule ses vêtements, et sa ‘Awra, dont le voilage est obligatoire, sera, par conséquent, vue par les autres [femmes].

Au demeurant, en plus de la prodigalité, du gaspillage et de l’attitude d’orgueil et d’ostentation qu’implique l’application de cette coutume, l’interdiction est confirmée davantage en raison du dévoilement de la ‘Awra de la mariée lorsqu’elle change ses vêtements avec [l’assistance] d’autres femmes.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 10 de Djoumâdâ Ath-Thâniya 1427 H,
correspondant au 5 juillet 2006 G.

 



(1) C’est le fait que la femme change d’habits le jour de sa fête de mariage, en portant les robes qu’elle possède l’une après l’autre, afin de les montrer à ses invitées. (NDT)..

.: Il n’est permis de faire référence à une matière ou l’attribuer au Cheikh que si celle-ci a été publiée sur son site officiel :.

.: Les matières du site sont exclusivement d’ordre scientifique jurisprudentiel émanant de la charia, et n'ont point d'objectifs médiatiques.

Elles ne doivent en aucune façon être publiées à l’occasion des occurrences et des nouvelles calamités vécues par la nation :.

.: L’adminstration du site web interdit la traduction et l’exploitation des matières publiées sur le site à des fins commerciales,

et autorise leur utilisation pour des raisons de recherche ou de prêche tout en faisant référence au site :.

Tous droits réservés (1424 H/2004 G – 1436 H/2014 G)