Du fait que le tuteur empêche injustement sa fille de se marier avec un homme convenable | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Vendredi 11 Rabî` Eth-Thânî 1442 H - 27 novembre 2020 G



Fatwa n° 286

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille - L'acte de mariage - La qualification

Du fait que le tuteur empêche injustement sa fille
de se marier avec un homme convenable

Question :

Je voudrais vous poser une question à propos de mon mariage avec une fille d’origine marocaine désirant m’épouser. Le père de cette fille, cependant, refuse et s’oppose à ma demande parce que je suis de nationalité algérienne. De plus, cette fille souffre d’un manque de savoir religieux chez sa famille et du mauvais comportement de son père et de son frère envers sa personne. En effet, j’ai essayé à maintes reprises de prouver à son père mes compétences à l’aide de l’imam [de la mosquée] du quartier et de la mère de la fille mais vainement. Le père a, par contre, déserté la mosquée vu que l’imam m’a soutenu dans cette affaire.

Est-ce que, dans ce cas, la tutelle du père s’annule vis-à-vis de sa fille ? Que nous conseillez-vous par rapport à ce sujet ? Qu’Allâh vous bénisse.

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

Les ulémas s’entendent à dire que le tuteur n’a pas le droit d’empêcher la femme, qui est sous sa tutelle, de se marier sans qu’il n’y ait un motif admis par la Charia, car s’il refuse de la marier à un homme convenable, dont la foi et la moralité sont acceptables et satisfaisantes et qui lui offre une dot [qu’on a coutume] d’offrir à ses semblables, il sera considéré comme un empêcheur [d’un mariage approuvé].

Allâh عزّ وجلّ dit :

﴿وَإِذَا طَلَّقۡتُمُ ٱلنِّسَآءَ فَبَلَغۡنَ أَجَلَهُنَّ فَلَا تَعۡضُلُوهُنَّ أَن يَنكِحۡنَ أَزۡوَٰجَهُنَّ إِذَا تَرَٰضَوۡاْ بَيۡنَهُم بِٱلۡمَعۡرُوفِۗ[البقرة: 232]

Sens du verset :

Et quand vous divorcez d’avec vos épouses, et que leur délai expire, alors ne les empêchez pas de renouer avec leurs époux, s’ils s’agréent l’un l’autre, et conformément à la bienséance  ﴿ [s. Al-Baqara (la Vache) : v.232]

Elle sera, dans ce cas, en droit de recourir au juge [musulman] pour qu’il la marie, car empêcher une femme [de se marier] est de l’injustice et c’est au juge que revient l’autorité de repousser l’injustice.

Néanmoins, si elle n’arrive pas à joindre le juge, il sera permis que l’un des membres proches de sa famille la marie ; mais s’ils refusent, elle sera en mesure de charger un imam de la mosquée ou un homme de confiance parmi ses voisins, qui la mariera et sera son tuteur. En effet, cela est considéré comme un arbitrage, et « celui qu’on désigne comme juge remplace le juge », vu que les gens ont besoin de se marier. Seulement, ils [doivent] atteindre ce but en faisant le mieux de leur possible.

Al-Qourtoubî rapporte que l’imâm Mâlik a dit, à propos de la femme dépourvue (qui n’a pas de tuteur) : « C’est l’homme à qui elle confie son affaire qui la mariera, car une telle femme n’est pas en mesure de parvenir au juge [musulman]. Elle a, donc, le même statut que celle qui n’a pas de juge en sa présence. Sa tutelle reviendra, alors, dans l’ensemble, aux musulmans. »(1)

 

Alger, le 8 de Cha‘bân 1426 H,
correspondant au 12 septembre 2005 G.

 



(1) Cf. : Tafsîr Al-Qourtoubî (3/76).