Le jugement concernant le fait que le musulman tienne compagnie à sa mère mécréante | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Mardi 8 Rabî` Eth-Thânî 1442 H - 24 novembre 2020 G

Fatwa n° : 292
Catégorie : Fatwas diverses - L'éthique

Le jugement concernant le fait que le musulman tienne compagnie à sa mère mécréante

Question :
Quel est le jugement concernant le fait de résider avec une mère mécréante ?

Réponse :
Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu’Allah a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

La mère doit être traitée avec bonté et bienfaisance en gardant le lien avec elle, comme on doit lui tenir compagnie d’une façon convenable même si elle est mécréante, tout en désavouant sa mécréance et essayant de la guider vers la bonne voie. D’ailleurs, le cas est le même pour tous les proches. Car le fait d’avoir de l’inimitié à l’égard des mécréants n’implique pas qu’on leur porte nuisance par les propos et les actes ; Allah عزّ وجلّ dit :

﴿وَإِن جَاهَدَاكَ عَلى أَن تُشْرِكَ بِي مَا لَيْسَ لَكَ بِهِ عِلْمٌ فَلاَ تُطِعْهُمَا وَصَاحِبْهُمَا فِي الدُّنْيَا مَعْرُوفاً﴾ [لقمان : 15].

Traduction du sens du verset :

Et si tous deux te forcent a M’associer ce dont tu n’as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas ; mais reste avec eux ici-bas de façon convenable.﴿ [Louqmâne (Luqman) : 15].

Il dit également :

﴿وَاعْبُدُواْ اللّهَ وَلاَ تُشْرِكُواْ بِهِ شَيْئاً وَبِالْوَالِدَيْنِ إِحْسَاناً وَبِذِي الْقُرْبَى وَالْيَتَامَى وَالْمَسَاكِينِ وَالْجَارِ ذِي الْقُرْبَى وَالْجَارِ الْجُنُبِ وَالصَّاحِبِ بِالجَنبِ وَابْنِ السَّبِيلِ وَمَا مَلَكَتْ أَيْمَانُكُمْ﴾ [النساء: 36].

Traduction du sens du verset :

Adorez Allah et ne Lui donnez aucun associé. Agissez avec bonté envers (vos) père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres, le proche voisin, le voisin lointain, le collègue et le voyageur, et les esclaves en votre possession﴿ [En-Nissâ' (Les Femmes) : 36].

En outre, le Prophète صلّى الله عليه وآلِه وسلّم a répondu à l’homme qui vint lui demander qui sont les gens qui méritent le plus sa bonne compagnie en disant : « Ta mère ». L’homme demanda ensuite : puis qui ? Le Prophète صلّى الله عليه وآلِه وسلّم lui répondit : « Ta mère ». L’homme demanda encore : puis qui ? Le Prophète صلّى الله عليه وآلِه وسلّم lui répondit aussi : « Ta mère ». L’homme demanda une dernière fois : puis qui ? Le Prophète صلّى الله عليه وآله وسلّم lui répondit enfin : « Ton père »(1).

Sur ce, l’inimitié que nous vouons aux mécréants ne nous empêche pas d’acquitter leurs droits et de bien nous comporter envers eux ; Allah عزّ وجلّ dit :

﴿لَا يَنْهَاكُمُ اللَّهُ عَنِ الَّذِينَ لَمْ يُقَاتِلُوكُمْ فِي الدِّينِ وَلَمْ يُخْرِجُوكُم مِّن دِيَارِكُمْ أَن تَبَرُّوهُمْ وَتُقْسِطُوا إِلَيْهِمْ إِنَّ اللَّهَ يُحِبُّ الْمُقْسِطِينَ﴾ [الممتحنة: 8].

Le sens du verset :

Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables.﴿ [El-Moumtahana (L’Éprouvée) : 8].

Le savoir parfait appartient à Allah سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 26 Cha`bâne 1426 H,

correspondant au 30 septembre 2005 G

 



(1)  Rapporté par El-Boukhâri, chapitre de « La bienséance » (hadith 5971) et Mouslim, chapitre du « Bien, du lien et des bienséances » (hadith 6664) par l’intermédiaire d’Abou Hourayra رضي الله عنه.