Le fait que la mariée soit embarrassée, en étant maquillée, de faire les ablutions le jour de sa fête de mariage | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Samedi 12 Rabî` Eth-Thânî 1442 H - 28 novembre 2020 G



Fatwa n° 785

Catégorie : Fatwas relatives à la Purification - Les ablutions

Le fait que la mariée soit embarrassée,
en étant maquillée, de faire les ablutions
le jour de sa fête de mariage

Question :

Le jour de sa fête de mariage, la mariée utilise différents produits de maquillage pour embellir son visage. Néanmoins, le temps de la prière peut survenir, alors qu’elle est toujours maquillée. Doit-elle, donc, passer les mains sur le maquillage en faisant les ablutions, ou bien faire les ablutions sèches ? Sinon, que doit-elle faire d’autre, sachant que ce sera pénible pour elle de refaire les ablutions [à chaque fois] ?

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

En effet, les produits et les crèmes de beauté de marques mondiales sont – suivant les recherches scientifiques – composés de la chair des fœtus qui sont expulsés des utérus de leurs mères avec ou sans motif valable. Et sans nul doute, se maquiller avec des [produits à base de] chair humaine est une chose interdite.

Par ailleurs, si ces produits de maquillage ne contiennent pas ce qu’on vient de citer, la façon dont la femme se maquille ne doit pas ressembler à celle des mécréantes et des femmes de mauvaises mœurs. Donc, si elle utilise ces produits sans ressembler à ces femmes, il lui sera permis, en l’occurrence, d’en faire usage. Cependant, en cas de présence de l’eau, il ne lui est pas permis de faire la prière avec des ablutions sèches, car elle doit se servir de l’eau étant donné que celle-ci est pourvue, de manière qu’elle atteigne tous les endroits du corps concernés par les ablutions, puis elle accomplit sa prière.

Toutefois, si elle se sent gênée par cela, elle aura droit, apparemment – et Allâh sait mieux – à grouper les deux prières, suivant le hadith dans lequel Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما dit : « Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم avait groupé la prière d’Adh-Dhohr avec celle d’Al-‘Asr, et la prière d’Al-Maghrib avec celle d’Al-‘Ichâ’ à Médine, sans crainte [d’un danger imminent] ou qu’il y eût de la pluie. » Puis, il ajouta : « Il [le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم] ne voulait pas que sa communauté soit embarrassée [en cela]. »(1)

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 26 de Dhou-L-Hidjdja 1427 H,
correspondant au 15 janvier 2007 G.

 



(1) Rapporté par : Mouslim (705), Aboû Dâwoûd (1211) et At-Tirmidhî (187), par l’intermédiaire d’Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما.