Le jugement relatif à la ‘Aqîqa de l’avorton et du nouveau-né décédé avant le 7e jour | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Lundi 4 Joumâdâ El-'Oûlâ 1444 H - 28 novembre 2022 G



Fatwa n° 797

Catégorie : Fatwas relatives aux Boissons et aux Aliments - Aqîqa

Le jugement relatif à la ‘Aqîqa
de l’avorton et du nouveau-né
décédé avant le 7e jour

Question :

Peut-on effectuer la ‘Aqîqa pour l’avorton ou pour le nouveau-né qui meurt avant le 7e jour ?

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

Il n’y a pas de sacrifice (à faire) pour le nouveau-né qui meurt(1). La ‘Aqîqa, comme nous l’évoquerons ultérieure­ment(2), est un sacrifice en guise de bon augure pour la bonne santé du nouveau-né, venu au monde sain et sauf. Pour cela, il est préférable qu’on ne casse pas les os (de la bête égorgée) en espérant que l’enfant grandira bien et demeurera en bonne santé, préservé du mal que peut lui provoquer le diable ; et que chaque membre de la bête soit un sacrifice pour chacun des siens. Ainsi, il sera épuré ex­térieurement et intérieurement. Or, cette signification est absente dans le cas du nouveau-né décédé [avant le 7e jour] et de l’avorton.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 9 de Rabi‘ Al-Awwal 1428 H
correspondant au 28 mars 2007 G.

 



(1) Mâlik ـ رحمه الله ـ a dit : «S’il est mort avant le septième jour, il n’y aura pas de ‘Aqîqa pour lui.» Cf. : Al-Istidhkâr d’Ibn ‘Abd Al-Barr (5/317).

(2) Cf. : La fatwa intitulée par «Le jugement relatif au fait de casser les os de la bête immolée pour la ‘Aqîqa».