L’influence du Wahm sur le caractère de la femme enceinte | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Lundi 14 Rabî` Eth-Thânî 1442 H - 30 novembre 2020 G



Fatwa n° 174

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille – La femme

L’influence du Wahm
sur le caractère de la femme enceinte

Question :

Le Wahm(1) (avoir des envies) chez les femmes (enceintes) est-il une réalité, une simple vue de l’esprit, ou l’effet de l’imagination ?

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

[Le sens du mot] Wahm est connu dans la langue arabe. C’est tout ce que la femme enceinte désire. Cela a été men­tionné par les auteurs des dictionnaires As-Sihâh, An-Nihâya et Maqâyîs Al-Lougha(2) et autres. Or, le sens [du mot Wahm] tel que décrit par les gens aujourd’hui [consiste à dire] que pour la femme enceinte désirant quelque chose, si sa de­mande ne serait pas acceptée et son envie non satisfaite, son nouveau-né portera dans son corps l’image [tache de naissance] de la chose désirée [par sa mère quand elle était enceinte], et je ne connais pas un fondement religieux, ni autre chose qui approuve la réalité de cette description don­née [par les gens], ni son authenticité par le biais d’un Texte rapporté. Seulement [cette description] est répandue sur la langue des femmes.

Si cette pratique était répandue, cela aurait été connu dans la religion et le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم l’aurait expliquée d’une façon générale et suffisante au point d’éliminer l’excuse, car le besoin se ferait sentir et il serait largement répandu [au sein de la communauté]. Toute chose qui pourrait nuire aux serviteurs, le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم nous aurait mis en garde contre elle et l’aurait intégralement expliquée. Il a vérita­blement transmis le Message et accompli sa mission. Allâh qu’Il soit Très-Haut a dit :

﴿ٱلۡيَوۡمَ أَكۡمَلۡتُ لَكُمۡ دِينَكُمۡ وَأَتۡمَمۡتُ عَلَيۡكُمۡ نِعۡمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ ٱلۡإِسۡلَٰمَ دِينٗاۚ[المائدة: 3].

Sens du verset :

Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre reli­gion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous. ﴿[s. Al-Mâ’ida (la Table Servie) : v. 3]

La communauté a témoigné que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a loyalement transmis le Message [divin] et a parfaitement rempli sa mission ; lorsqu’il dit : « Ai-je transmis ? » Les Compagnons dirent : « Oui.» Il dit [encore] « Ai-je transmis ? » Les Compagnons dirent : « Oui.» Il dit alors : « Ô Allâh, je Te prends à témoin ! Que celui qui est présent informe celui qui est absent(3)

En effet, il se peut que la femme ait besoin pendant cette période d’un peu de soin et de tendresse, et de subvenir à ses désirs. Il convient à l’époux de prendre en considération son état et d’avoir un meilleur compor­tement avec elle. Il doit éviter de nuire au bébé en faisant du tort à elle et chercher par là la rétribution auprès d’Allâh. Allâh – qu’Il soit Glorieux – est le meilleur Garant de la rétribution.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 22 de Radjeb 1426 H

correspondant au 17 aout 2005 G.

 



(1) Le Wahm : envie que la femme ressent durant sa grossesse.

(2) As-Sihâh d’Al-Djawharî (5/2049), An-Nihâya d’Ibn Al-Athîr (5/162) et Maqâyîs Al-Lougha d’Ibn Fâris (6/93).

(3) Rapporté par : Al-Boukhârî (1741) et Mouslim (1679), d’après Aboû Bakra رضي الله عنه.