Le monothéisme (Tawhîd) et le suivi du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم, seule voie de l’union et de la communion | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Dimanche 24 Dhou El-Hijjah 1440 H - 25 août 2019 G

Article mensuel n° 1

Le monothéisme (Tawhîd)
et le suivi du Prophète
صلَّى الله عليه وسلَّم, seule voie
de l’union et de la communion

Louange à Allâh, le Seigneur des Mondes, qui nous a perfectionné la religion. Que paix et salut soient sur celui qu’Allâh a envoyé en miséricorde pour le monde entier, le Prophète de la clémence et de la bonne voie, envoyé pour transmettre le Livre (Coran) et la Sagesse (Sounna), ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et tous ceux qui le suivent. Cela dit :

Allâh عزّ وجلّ a établi la fraternité dans la croyance et l’a liée solidement au Tawhîd (monothéisme) qui est le but de la création des êtres, de l’envoi des messagers et de la révélation des Livres. Il est l’appel des vivificateurs [de la religion] en toute époque. En effet, il existera toujours ceux qui établissent les preuves d’Allâh [sur les hommes]. Ainsi, l’appel à la vérité dans cette nation [musulmane] n’a jamais connu d’interruption depuis l’époque du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم et il demeurera jusqu’au Jour Dernier. Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit : « Un groupe de ma nation ne cessera de triompher par la vérité, sans que ceux qui les trahissent et les contrarient ne puissent leur nuire, jusqu’à ce que l’ordre d’Allâh viendra ; et il demeurera attaché à ce principe. »(1)

Ainsi, le mérite des éléments de ce groupese voit par leurs prises de position à chaque époque. Ils mettent en évidence le Tawhîd, mettent en garde contre le polythéisme sous toutes ses formes, distinguent la Sounna de l’hérésie, soutiennent les gens de la vérité et du savoir, renforcent leurs rangs et réprouvent les gens du polythéisme et les humilient. Le fait que les gens s’opposent à eux n’empêche pas qu’on leur obéisse lorsqu’ils appellent à l’obéissance à Allâh عزّ وجلّ, à la religion et dans tout ce qu’ils font de ce qu’Allâh عزّ وجلّ aime, car la sagesse est la quête de tout croyant, où qu’il la trouve, il en fait la sienne. Aussi, ils ne soutiennent personne de manière absolue mis à part le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم, non plus un parti, excepté celui des Compagnons du Prophète رضي الله عنهم. Ils ne se permettent pas de tenir des propos diffamatoires à l’encontre d’un quelconque Compagnon du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم. Les adeptes de cette ligne de conduite sont unanimes à considérer que tout propos peut être accepté ou rejeté à l’exception de celui du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم. Ils ne se sont jamais entendus, grâce à Allâh عزّ وجلّ, pour l’adoption des opinions égarées.

Telles sont quelques qualités qui caractérisent les gens de la vérité et les traits d’Al-Firqa An-Nâdjiya (le Groupe Sauvé) par lesquels Allâh عزّ وجلّ a distingué Ahl As-Sounna Wal Djamâ‘a (les Gens de la Sounna et du Groupe), qui appellent à une réforme non inventée par eux-mêmes, contrairement à la voie des gens de l’égarement, car la voie de la réforme estunique et n’admet pas de pluralité. Ses bienfaits se cris­tallisent dans la revivification de la religion, en l’épurant de tout ce qui s’y est ajouté et qui n’en fait pas partie, sans substitution ni altération. La religion est, donc, préservée par Allâh عزّ وجلّ etla preuve est constamment établie. Et ce que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a tracé est la voie de la réforme proprement dite. Nous n’aurons point de réforme parfaite sans y recourir. Cette voie a été adoptée par Al-Qouroûne Al-Moufaddala (les Meilleures Générations) dont les traces sont préservées par les ulémas. De fait, les générations ultérieures de cette nation ne connaîtront de réforme qu’en suivant les traces des premières.

En outre, il est établi que la nation ne peut s’entendre sur une opinion fausse et que la vérité restera certainement manifeste par la bonne voie et la réforme, et la pérennité de cette même voie est, certes, indiscutable. Allâh عزّ وجلّ dit :

﴿وَعْدَ الصِّدْقِ الَّذِي كَانُوا يُوعَدُونَ﴾ [الأحقاف: 16].

Sens du verset :

Selon la promesse véridique qui leur était faite﴿ [s. Al-Ahqâf (les Dunes) : v. 16]

Cette voie de vérité ne peut être altérée par une quel­conque partie qui lui voue la haine et la rancœur, ignore sa gloire et ses mérites et ne veut qu’entraver et restreindre sa marcheet sa propagation. Cette voie résistera et restera à jamais, défiant ainsi les opiniâtres, les rancuniers et les ignorants. Allâh عزّ وجلّ Seul guide au droit chemin.

Par ailleurs, le chemin menant à cette voie tient dans l’obéissance à Allâh عزّ وجلّ et à son Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم qui exhortent à accomplir les bonnes actions et à se détourner des maux, de la dépravation et de tout acte condamnable. C’est cette obéissance qui purifie l’âme, la complète et lui procure le bonheur ici-bas et dans l’au-delà. Allâh عزّ وجلّ dit :

﴿قَدْ أَفْلَحَ مَنْ زَكَّاهَا. وَقَدْ خَابَ مَنْ دَسَّاهَا﴾ [الشمس: 9-10].

Sens du verset :

A réussi, certes celui qui la purifie, et est perdu, certes, celui qui la corrompt﴿ [s. Ach-Chams (le Soleil) : v. 9-10]

Allâh عزّ وجلّ dit aussi :

﴿وَمَنْ يُطِعِ اللهَ وَالرَّسُولَ فَأُولَئِكَ مَعَ الَّذِينَ أَنْعَمَ اللهُ عَلَيْهِمْ مِنَ النَّبِيِّينَ وَالصِّدِّيقِينَ وَالشُّهَدَاءِ وَالصَّالِحِينَ وَحَسُنَ أُولَئِكَ رَفِيقًا. ذَلِكَ الْفَضْلُ مِنَ اللهِ وَكَفَى بِاللهِ عَلِيمًا﴾ [النساء: 69-70].

Sens du verset :

Quiconque obéit à Allâh et au Messager, ceux-là seront avec ceux qu’Allâh a comblés de Ses bienfaits : les Prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels compagnons que ceux-là ! Cette grâce vient d’Allâh, et Allâh suffit comme Parfait Connaisseur﴿ [s. An-Nişâ’ (les Femmes) : v. 69-70]

Les gens de la foi [musulmane] sont une nationunie qui se distingue dans sa croyance et dans ses systèmes ; elle est sans égale parmi toutes les autres nations. Leur Charia, de par ses bienfaits, ne se limite pas à la communauté musulmane, mais comprend également toute l’humanité. Elle est valable en tout temps et lieu. Elle comprend tous les aspects de la vie. Il n’y a pas un problème à qui on ne trouve pas de solution parmi les preuves de la législation [musulmane] et de ses règles générales, tout en se passant des autres législations et sans recourir à d’autres systèmes et procédés. La raison en est qu’elle est fondée sur des bases solides. Ses jugements s’appuient sur la justice et le juste milieu, sans négligence ou excès, tenant en compte, ainsi, l’intérêt religieux et celui de la vie courante. Cette Charia s’élève au-dessus des systèmes humains par l’indépendance de ses fondements et de ses branches. Cela est la grâce qu’Allâh عزّ وجلّ a parachevée pour cette nation. Allâh عزّ وجلّ dit :

﴿الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الإِسْلاَمَ دِينًا﴾ [المائدة: 3].

Sens du verset :

Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous﴿ [s. Al-Mâ’ida (la Table Servie) : v. 3]

Le fait que cette religion soit parachevée empêche formellement les rajouts des innovateurs et les corrections que viendraient certains à formuler.

Enfin, et dans le contexte de la lutte en cours dans le domaine de l’appel au sentier d’Allâh, la chose la plus noble qu’un prédicateur puisse offrir à sa nation est de la guider dans la voie sûre qui permettra d’effectuer les changements bénéfiques. Allâh عزّ وجلّ dit :

﴿إِنَّ اللهَ لاَ يُغَيِّرُ مَا بِقَوْمٍ حَتَّى يُغَيِّرُوا مَا بِأَنْفُسِهِمْ﴾ [الرعد: 11].

Sens du verset :

En vérité, Allâh ne modifie point l’état d’un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qu’il y a en eux-mêmes.﴿ [s. Ar-Ra‘d (le Tonnerre) : v. 11]

Tout cela doit se faire en évitant de se lancer d’un pas trop rapide qui mènerait la nation à la dépravation et à la corruption.

Nous demandons à Allâh de nous accorder aide et pertinence et de nous guider pour atteindre les moralités des prêcheurs sincères, nous faciliter de suivre le pas du meilleur de tous les hommes. Le meilleur dénouement, certes, est aux pieux.

Enfin, louange à Allâh, le Seigneur des Mondes.

 

Publié dans la revue Manâbir Al-Houda (n° 3)
en Mouharram / Safar 1422 H

 



(1) Rapporté par Mouslim (1920), d’après Thawbân رضي الله عنه et par Al-Boukhârî (7311), d’après Al-Moughîra ibn Chou‘ba رضي الله عنه.