Le jugement à propos d’invoquer plus d’injustice afin de provoquer une prise de conscience | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Mercredi 6 Joumâdâ El-'Oûlâ 1444 H - 30 novembre 2022 G

Fatwa n° 25

Catégorie : Fatwas diverses. Des termes dans la balance de l’Islam.

Le jugement du fait d’implorer plus
d’injustice afin d’éveiller les consciences

Question:

Le cheikh Ibn Bâdîs رحمه الله a dit: « Ô, Allah ! Si, par cette injustice, Tu veux éveiller nos consciences, alors rajoute-nous en ». Est-il permis d’invoquer de la sorte ? Est-ce que cela est concerné par la parole du Prophète qui interdit de souhaiter la rencontre de l’ennemi ?

 

Réponse :

La Louange est à Allah, le Seigneur des mondes. Et que la prière et le salut soient sur celui qu’Allah a envoyé en miséricorde pour l’univers, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu’au Jour de la Rétribution. Cela dit :

La règle de base veut que le musulman, lorsqu’il invoque Allah – avant qu’un mal ne le touche et avant d’être éprouvé par l’ennemi – demande qu’Allah le préserve, c’est-à-dire être protégé des choses détestables de la vie présente et de l’Au-delà, parmi lesquelles figurent l’injustice, la transgression et tout ce qui cause l’humiliation et le rabaissement.

Une fois que le mal l’a touché, il incombe au musulman d’être ferme et patient, tout en cherchant les moyens d’obtenir le secours et en demandant à Allah Son aide, Son secours et qu’Il défasse l’ennemi. Ainsi, il fera son maximum pour réaliser le triomphe de la religion.

Le savoir parfait appartient à Allah سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 13 Al-Mouharram 1427 H
Correspondant au 12 février 2006 G