Le jugement relatif au fait de percer l’oreille du nouveau-né | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Lundi 22 Ramadhân 1440 H - 27 mai 2019 G



Fatwa n° 583

Catégorie : Fatwas relatives aux Boissons et aux Aliments - Aqîqa

Le jugement relatif au fait
de percer l’oreille du nouveau-né

Question :

Quel est le jugement concernant le fait de per­cer l’oreille du nouveau-né : garçon ou fille ?

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

Il est permis de percer l’oreille de la fille, pour son or­nement, parce qu’elle a besoin de bijoux avec lesquels Allâh le Très-Haut lui a permis de s’orner. Il a dit :

﴿أَوَ مَن يُنَشَّؤُاْ فِي ٱلۡحِلۡيَةِ وَهُوَ فِي ٱلۡخِصَامِ غَيۡرُ مُبِينٖ ١٨[الزخرف].

Sens du verset :

Quoi ! Cet être [la fille] élevé au milieu des parures et qui, dans la dispute, est incapable de se défendre par une argumentation claire et convaincante﴿ [s. Az-Zoukhrouf (l’Ornement) : v. 18], et parce que les gens de l’époque de la Djâhiliyya (époque préislamique) le faisaient et le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم ne l’a pas désavoué ; et à l’occasion de l’Aïd, il a incité les gens à faire l’aumône, où « Les femmes jetèrent leurs boucles [d’oreilles].»(1) Par contre, cela est détesté pour le garçon parce qu’il n’en a pas besoin, car il s’agit de couper un membre sans intérêt religieux ni mondain pour lui. Pour cela, il ne lui est pas permis de percer l’oreille.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 2 de Safar 1428 H
correspondant au 20 février 2007 G.

 



(1) Rapporté par : Al-Boukhârî (964) et Mouslim (884), d’après Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما.