Teindre quelques poils ou bien certaines parties des cheveux | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Dimanche 24 Dhou El-Hijjah 1440 H - 25 août 2019 G



Fatwa n° 598

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille - La femme

Teindre quelques poils
ou bien certaines parties des cheveux

Question :

Est-il permis à la femme de se faire des mèches, qui sont une teinture spéciale pour les cheveux ?

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

Visiblement, il n’est pas permis de teindre certains poils ou certaines parties des cheveux avec des couleurs différentes, comme il n’est pas permis à la femme de se faire des mèches, car cet acte ne fait pas partie des manières dont nous [les musulmans] nous parons. Cela constitue, plutôt, une imitation des Occidentaux et une ressemblance à la coiffure des mécréantes et des femmes de mauvaises mœurs. Cela est, également, considéré comme une altération de la création d’Allâh عزّ وجلّ et constitue un manquement à l’équité envers les cheveux. Il est authentiquement rapporté que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit : « Quiconque imite un peuple devient un des leurs. »(1)

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 18 de Safar 1428 H,
correspondant au 7 mars 2007 G.

 



(1) Rapporté par : Aboû Dâwoûd (4031), Ahmad (5114), At-Tahâwî dans Mouchkil Al-Âthâr (198) et Ibn Abî Chayba dans Al-Mousannaf (33016), par l’intermédiaire d’Ibn ‘Oumar رضي الله عنهم. Ce hadith est jugé haşane (bon) par Ibn Hadjar dans Fath Al-Bârî (10/282). Il est, d’autre part, jugé authentique par Al-‘Irâqî dans Takhrîdj Al-Ihyâ’ (1/359) et par Al-Albânî dans Al-Irwâ’ (1269). Cf. : Nasb Ar-Râya d’Az-Zayla‘î (4/347).