Le jugement concernant la prière de salutation de la mosquée | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Vendredi 19 Dhou El-Qa`dah 1441 H - 10 juillet 2020 G

Fatwa n° 652
Catégorie :
Fatwas relatives à la prière – Les mosquées

Le jugement concernant
la prière de salutation de la mosquée

Question :

Quel est l’avis le plus prépondérant concernant le jugement de la prière de salutation de la mosquée (Tahiyyat Al-Masdjid) ? Qu’Allâh vous bénisse.

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

L’aspect apparent des hadiths indique que la prière de salutation de la mosquée est obligatoire, vu le dire du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم : « Si l’un d’entre vous entre à la mosquée, qu’il accomplisse deux unités de prière (rak‘a) avant de s’asseoir. »(1) et dans une autre version : « Il ne doit pas s’asseoir avant qu’il accomplisse deux unités. »(2) Ce hadith indique que les deux unités de la salutation de la mosquée sont obligatoires. Car l’injonction implique l’obligation, comme dans la première version, et l’interdiction implique l’illicéité, comme dans la seconde version. Voilà ce qui apparait. Quiconque déroge à leur sens apparent doit fournir une preuve.

L’obligation [de ces deux Unités] est encore corroborée par le hadith de Djâbir Ibn ‘Abd Allâh رضي الله عنهما qui rapporte que le Prophèteصلَّى الله عليه وسلَّم arrêta son sermon [du vendredi] et ordonna à Soulayk Al Ghatafânî رضي الله عنه d’accomplir les deux unités de salutation(3).

L’ultime preuve à laquelle recoure la majorité [des savants] pour démontrer que l’obligation est dérivée vers la recommandation réside dans certains textes de hadiths, parmi lesquels nous citons : un homme de Nadjd vint au Messager d’Allâhصلَّى الله عليه وسلَّم ; ébouriffé et d’une voix tonitruante sans pour autant expliciter ce qu’il disait, il s’approcha du Prophèteصلَّى الله عليه وسلَّم pour poser des questions sur l’islam. Le Messager d’Allâh صلَّى الله عليه وسلَّمdit : « [L’islam] consiste en cinq prières accomplies pendant le jour et la nuit… » L’homme demande encore : « m’incombe-t-il autre que celles-ci ? » le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم répondit : « Non ! Excepté les prières surérogatoires. »(4) cela prouve que la prière des salutations de la mosquée n’est pas obligatoire.

Aussi, le hadith où il est énoncé : « Assieds-toi ! Tu as incommodé [les gens] et t’es venu en retard. »(5) Ainsi, le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم lui ordonna de s’asseoir sans lui enjoindre d’accomplir les salutations de la mosquée. Cela prouve que ces dernières ne sont pas obligatoires.

Il y a également le hadith des trois personnes : deux d’entre eux vinrent au Messager d’Allâhصلَّى الله عليه وسلَّم et l’autre s’en alla. L’un des deux vit une place vide dans l’assise et s’y assit. L’autre s’assit derrière eux ; quant au troisième, il tourna le dos et s’en alla…(6) ce hadith indique que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّمne lui a pas ordonné d’accomplir la prière de la salutation, ce qui prouve qu’elle n’est pas obligatoire, car le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم n’entérine jamais quelque chose de faux.

Il est possible de répondre à l’ensemble de ces preuves de la façon suivante :

Premièrement : Il est probable que le hadith « excepté les prières surérogatoires » soit énoncé avant que les autres prières ne soient obligatoirement prescrites. Ainsi, la restriction des prières obligatoires est en rapport avec la période durant laquelle la question fut posée. Le Prophèteصلَّى الله عليه وسلَّم ne lui a pas dit qu’Il n’est pas obligatoire pour lui ce qu’Allâh lui imposera dans l’avenir. Néanmoins, les obligations qui sont déjà prescrites par Allâh lui incombent, à preuve de la salât funéraire qui est obligatoire sans qu’elle soit citée dans les prières spécifiées par le hadith. Cette réponse est aussi valable pour le hadith : « Assieds-toi ! Tu as incommodé [les gens] » et celui des trois personnes. Car la législation islamique (la charia) se complétait progressivement.

Deuxièmement : Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a exclu les prières qui sont au préalable obligatoires, et ce par le hadith dans lequel dit : « excepté les prières surérogatoires», et non pas celles qui deviennent obligatoires pour des raisons dont la personne a le choix d’en effectuer, tel le fait d’entrer à la mosquée. Le caractère global de cette exception n’est point valable pour ce genre de prière.

En effet, l’obligation d’accomplir les deux unités de la salutation est, conséquemment, ce qu’implique les questions relatives aux ordres et aux interdits [religieux].    

Le savoir parfait appartient à Allâh, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 


(1) Hadith unanimement jugé sahîh (authentique) par Al-Boukhârî (444) et Mouslim (714), d’après Aboû Qatâda As-Salamî رضي الله عنه.

(2) Rapporté par Al-Boukhârî (1167) et Mouslim (714) d’après Aboû Qatâda Al-Ansârî رضي الله عنه.

(3) Rapporté par Mouslim (875) et Al-Boukhârî (931) d’après Djâbir ibn ‘Abd Allâh رضي الله عنه.

(4) Rapporté par Al-Boukhârî (46) et Mouslim (11), d’après Talha ibn ‘Abd Allâh رضي الله عنه.

(5) Rapporté par : Ibn Mâdjah (1115), d’après Djâbir رضي الله عنه, Aboû Dâwoûd (1118), An-Naşâ’î (1399), Ibn Hibbân (2790), Ibn Khouzayma (1811), Ahmad (17674), Al-Bayhaqî (5886) et Al-Hâkim (1061), d’après ‘Abd Allâh ibn Bousr رضي الله عنه. Ce hadith est jugé sahîh (authentique) par Al-Albânî dans  Sahîh Al-Djâmi‘ (155).

(6) Rapporté par Al-Boukhârî (66) et Mouslim (2176), d’après Aboû Wâqid Al-Laythî رضي الله عنه.