Sur le fait que l’apprentissage de la femme soit lié aux normes religieuses | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Samedi 23 Dhou El-Hijjah 1440 H - 24 août 2019 G

Fatwa n° 676

Catégorie : Fatwas de la femme

Sur le fait que l’apprentissage de la femme
soit lié aux normes religieuses

Question :

Quel est l’âge auquel sera illicite pour la fille d’aller aux écoles mixtes ? Et qu’Allâh vous bénisse.

 

Réponse :

La Louange est à Allâh, le Seigneur des mondes. Et que la prière et le salut soient sur celui qu’Allâh a envoyé en miséricorde pour l’univers, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ses frères jusqu’au Jour de la Rétribution. Cela dit :

Le bienfait de la lecture et de l’écriture ne diffère pas des bienfaits sensoriels tels que la vue, l’ouïe et la parole. Allâh a rappelé cette faveur à Ses serviteurs en disant :

﴿اقْرَأْ بِاسْمِ رَبِّكَ الَّذِي خَلَقَ خَلَقَ الإِنسَانَ مِنْ عَلَقٍ اقْرَأْ وَرَبُّكَ الأَكْرَمُ الَّذِي عَلَّمَ بِالقَلَمِ [العلق: 1-4]

Sens du verset :

Lis, au Nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’une adhérence. Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble, a enseigné par la plume [le calame] ﴿ [s. Al-‘Alaq (l’Adhérence) : v. 4-1]. Et ce bienfait n’est pas uniquement à la portée des hommes, sans les femmes. Plutôt elles ont le droit d’apprendre ce qui leur est profitable comme est le cas des hommes. Car, il n’y a pas de différence entre eux dans les jugements et l’acquisition des grâces. Cela sauf si le contraire est argumenté par une preuve. Ceci vu son dire prière et salut d’Allâh sur lui et sa famille : « Les femmes sont les consœurs des hommes [dans les jugements religieux]. »(1)

De même, l’autorisation que les femmes apprennent l’écriture et la lecture est appuyée par [la narration] attestée, d’après Abî Bakr ibn Soulaymân ibn Abî Hathma Al-Qourachî رحمه الله, qu’un homme parmi les Ansâr a été touché d’une maladie à son flanc, sur ce on l’a informé que Ach-Chifâ’ bint ‘Abd Allâh exorcise cette maladie, cet homme est alors allé lui demander de l’exorciser, et celle-ci lui a dit : par Allâh, je n’ai exorcisé point depuis que je me suis convertie à l’islam ; l’homme ansâri est donc allé voir le Messager d’Allâh صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ et lui a rapporté ce que lui a dit Ach-Chifâ’. Le Messager prière et salut d’Allâh sur lui a donc fait venir Ach-Chifâ’ et lui a dit : « Expose-moi [ton exorcisme] » elle le lui a donc exposé, et il lui a dit : « Exorcise-le, et apprends-le à Hafsa comme tu lui a appris à Écrire »(2)et dans une autre version : « l’Écriture »(3).

Et cette légalité dans l’acquisition des bienfaits de l’apprentissage n’est pas liée à un âge donné ou à une période fixe, mais elle est reliée aux normes religieuses :

-         La femme ne doit sortir de sa maison qu’en portant les vêtements religieux, vu Sa Parole qu’Il soit Très-Haut :

﴿يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ قُلْ لِأَزْوَاجِكَ وَبَنَاتِكَ وَنِسَاءِ الْمُؤْمِنِينَ يُدْنِينَ عَلَيْهِنَّ مِنْ جَلَابِيبِهِنَّ ذَلِكَ أَدْنَى أَنْ يُعْرَفْنَ فَلاَ يُؤْذَيْنَ [الأحزاب: 59]

Sens du verset :

Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles (Djalâbîb) : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. ﴿[s. Al-Ahzâb (les Coalisés) : v. 59]. De même, elle ne sort pas parfumée, vu son dire صَلَّى اللهُ عليه وآله وسلَّم : « Si l’une d’entre vous va à la mosquée, qu’elle ne mette pas de parfum »(4), et son dire prière et salut d’Allâh sur lui et sa famille : « N’empêchez pas les servantes d’Allâh d’aller aux mosquées d’Allâh, mais qu’elles sortent sans parfum. »(5) Et on joint au parfum ce qui entre dans son sens, tels que les beaux vêtements, les bijoux qui se font voir et la belle allure.

-         Que les lieux de leur enseignement soient loin des endroits des hommes, et ce en spécifiant des écoles et des instituts spéciaux pour elles. Car il est attesté dans [le recueil d’] Al-Boukhârî d’après Abou Sa‘îd el Khoudrî رضي الله عنه, qui a dit : « Une femme est venue voir le Messager d’Allâh prière et salut d’Allâh sur lui, et lui a dit : ô Messager d’Allâh ! Les hommes se sont emparés de ton hadith, réserve pour nous de par toi-même un jour dans lequel nous viendrons pour que tu nous apprennes de ce que t’a appris Allâh ; ainsi, il lui a dit : rassemblez-vous dans tel jour à tel endroit. Elles se sont donc rassemblées, et le Messager d’Allâh prière et salut d’Allâh sur lui est venu et leur a appris de ce qu’Allâh lui appris. »(6)

-         Et la femme, même si elle est ordonnée de rester dans la maison sauf en cas de besoin vu sa Parole qu’Il soit Très-Haut :

﴿وَقَرْنَ فِي بُيُوتِكُنَّ وَلاَ تَبَرَّجْنَ تَبَرُّجَ الجَاهِلِيَّةِ الأُولَى [الأحزاب: 33]

Sens du verset :

Restez dans vos foyers ; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes d’avant l’islam (Djâhiliyya) ﴿[s. Al-Ahzâb (les Coalisés) : v. 33], elle est ordonnée également de délaisser les causes de la fitna (tentation), et les facteurs de la corruption. Cela vu son dire prière et salut d’Allâh sur lui : « Je n’ai laissé, après moi, une tentation (fitna) sur les hommes comme celle des femmes. »(7)C’est pour cela que celui qui trouve des écoles spéciales pour les filles, qu’il y mette sa fille afin qu’elle obtienne les bienfaits de la science et de l’écriture selon les normes religieuses ; et que les parents agissent avec justice envers leurs enfants, en les éduquant avec les mœurs islamiques et en leur enseignant ce qui leur profitera dans leur vie d’ici-bas et dans l’au-delà, et en prenant soin d’eux tel qu’on prend soin des autres grâces, sensorielles et morales, conformément à son dire صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ وَسَلَّمَ : « Craignez Allâh et pratiquez l’équité entre vos enfants. »(8)

Et celui qui n’a pas accès à cette voie, il doit protéger ceux qui sont sous sa responsabilité de la tentation de la mixité, en se méfiant et la récriminant tel qu’il le peut, sans priver ses filles du bienfait de la lecture et de l’écriture et d’apprendre la religion, cela même en dehors des places pédagogiques du système [éducatif].

Qu’Allâh guide les gouverneurs et les gouvernés à réformer les écoles et les instituts, de même que les facultés et les universités, et d’y éloigner les causes du mal et la tentation de la mixité et ce qui en résulte, et ce par ce qui est conforme à l’honorable charia, qui est attentive au bien des serviteurs en repoussant les aspects de la corruption, et qui ordonne de se délivrer de leurs péchés et de leurs effets.

 

Cela étant dit, la science parfaite est auprès d’Allâh qu’Il soit Très-Haut. Et notre dernière invocation est : « Louange à Allâh, le Seigneur des mondes ». Et qu’Allâh prie sur notre Prophète Mouhammad, sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Rétribution, et qu’Il les salue.

 

Alger, le 19 d’Al-Mouharram 1428 H,

correspondant au 7 février 2007 G.

 


(1) Recueilli par : Abou Dâwoûd (236) et At-Tirmidhi (113), d’après ‘Â’icha ; et authentifié par el Albânî dans Sahîh Al-Djâmi‘.

(2) Recueilli par Al-Hâkim (6888), d’après Ach-Chifâ’ bint ‘Abd Allâh , et authentifié par Al-Albânî dans As-Silsila As-Sahîha (178).

(3) Recueilli par : Aboû Dâwoûd (3887) et Ahmad (27095), d’après Ach-Chifâ’ bint ‘Abd Allâh , et authentifié par Al-Albânî dans As-Silsila As-Sahîha (178).

(4) Recueilli par Mouslim (443), d’après Zaynab, l’épouse de ‘Abd Allâh ibn Mas‘oûd رضي الله عنه.

(5) Recueilli par Aboû Dâwoûd (565), d’après Aboû Hourayra رضي الله عنه, et authentifié par Al-Baghawî dans Charh As-Sounna (40/2), et Ibn Al-Moulaqqine dans Al-Badr Al-Mounîr (5/46), et Al-Albânî dans Sahîh Al-Djâmi‘ (7457).

(6) Recueilli par : Al-Boukhârî (7310) et Mouslim (2633), d’après Aboû Sa‘îd Al-Khoudrî رضي الله عنه.

(7) Recueilli par el Boukhârî (5096), et Mouslim (2740), d’après Ouşâma ibn Zayd رضي الله عنهما.

(8) Recueilli par : Al-Boukhârî (2587) et Mouslim (2586), d’après An-Nou‘mân ibn Bachîrرضي الله عنهما.