La répudiation émise trois fois en même temps | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Jeudi 15 Rabî` Eth-Thânî 1441 H - 12 décembre 2019 G



Fatwa n° 812

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille - La fin de l'acte de mariage - Le divorce

La répudiation émise trois fois
en même temps

Question :

Quel est le jugement concernant la répudiation émise trois fois en même temps ?

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

La question de la répudiation émise trois fois en même temps est une question au sujet de laquelle moult textes ont été rapportés. Elle est longue et complexe, et le débat qu’elle a suscité est très ancien. Cependant, l’opinion la plus soutenue par les preuves et la plus valable concernant cette question est celle qui est adoptée par ceux qui disent que la triple répudiation exprimée (proférée) d’un seul coup, en un seul mot(1) ou en plusieurs mots(2), sans que la femme n’observe un délai de viduité puis retourne à son mari, est considérée comme une seule répudiation. Cette opinion est adoptée par les ulémas connus pour leur méticulosité dans l’étude des questions jurisprudentielles. Elle est de même adoptée par Chaykh Al-Islâm Ibn Taymiyya et par son élève Ibn Al-Qayyim. Aussi, Ach-Chawkânî a-t-il jugé qu’elle est la plus prépondérante des opinions.

En effet, la principale preuve sur laquelle ils s’appuient est le hadith d’Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما qui est authentiquement rapporté par Mouslim dans son Sahîh, et par d’autres, selon une chaîne de transmission dont les hommes sont tous des érudits. Dans ce hadith, Aboû As-Sahbâ’ avait dit à Ibn ‘Abbâs : « Ne sais-tu pas que la triple répudiation [prononcée d’un seul coup] était considérée comme une seule répudiation durant l’ère du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم et celle d’Aboû Bakr رضي الله عنه, et durant le début du califat de ‘Oumar رضي الله عنه? ». Ibn ‘Abbâs lui avait répondu : « Si ! »(3)

Ce hadith a plusieurs versions et chaînes de transmission, et indique clairement que la triple répudiation émise dans l’une des formes mentionnées(4) était considérée comme une seule répudiation durant l’ère du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم et celle d’Aboû Bakr رضي الله عنه. C’est, alors, le jugement adopté et approuvé par le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم et qui était admis à l’unanimité par l’ensemble des Compagnons.

Quant au fait que ‘Oumar ibn Al-Khattâb رضي الله عنه ait décidé que ce genre de divorce soit considéré comme trois répudiations séparées, cela n’était qu’en guise de punition vu qu’en son temps, les gens avaient pris l’affaire du divorce à la légère. Néanmoins, personne n’a pu se défaire de l’argument mentionné (le hadith d’Ibn ‘Abbâs) par une preuve valable.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 18 de Safar 1428 H,
correspondant au 7 mars 2007 G.

 



(1) C’est le fait de dire à la femme : « Tu es répudiée trois fois. » (NDT).

(2) C’est le fait de dire à la femme : « Tu es répudiée, tu es répudiée, tu es répudiée. » (NDT).

(3) Rapporté par : Mouslim (1472), Aboû Dâwoûd (2200) et An-Naşâ’î (3406) selon sa version, par l’intermédiaire d’Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما.

(4) C’est-à-dire en un seul ou en plusieurs mots. (NDT).