Le jugement relatif au fait de lever la voix pour la vente de la marchandise | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Samedi 17 Rabî` Eth-Thânî 1441 H - 14 décembre 2019 G

Fatwa n° 100

Catégorie : Fatwas relatives aux transactions financières – Les ventes

Le jugement relatif au fait de lever la voix
pour la vente de la marchandise

Question :

Quel est le jugement relatif au fait de lever la voix pour la vente de la marchandise ? Qu’Allâh vous rétribue du meilleur bien.

Réponse :

La louange est à Allâh, le Seigneur des Mondes ; que les prières d’Allâh et Son salut soient pour celui qu’Allâh a envoyé comme miséricorde pour les créatures, ainsi que pour sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Rétribution. Cela dit :

Élever la voix sans nécessité est détesté juridiquement et le noble Coran a comparé cela au braiement de l’âne. Cet acte est, également, réprouvé par Allâh. Tout ce qui lui est similaire implique l’interdiction, vu que le Prophèteصلَّى الله عليه وسلَّم a dit : « Nous ne devons pas nous caractériser par de mauvais exemples »(1), et a aussi dit : «Si vous entendez le braiment de l’âne, récitez la formule de refuge auprès Allâh contre Satan, car il [l’âne] l’a aperçu(2) Tout ce qui est permis par nécessité ne doit pas outrepasser son cadre.

Le savoir parfait appartient à Allâh, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 


(1) Rapporté par Al-Boukhârî (2622), d’après Ibn Abbâs رضي الله عنهما. Cf.: Al-Irwâ (6/65).

(2) Rapporté par : Al-Boukhârî (3303) et Mouslim (2729), d’après Aboû Hourayra رضي الله عنهما.