Le rattrapage de la prière du Witr et son annulation | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Samedi 14 Rabî` El-'Awwal 1442 H - 31 octobre 2020 G



Fatwa numéro : 55

Type : Fatwas relatives à la prière

Le rattrapage de la prière du Witr(1) et son annulation

La question :

Il est établi que le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم a enjoint à celui qui rate la prière du Witr de la rattraper. Il est également établi que s’il rate son Wird (sa part du Coran qu’il a l’habitude de réciter dans les prières surérogatoires nocturnes), il le rattrape pendant la journée en le faisant avec un nombre pair, comment alors concilier entre ces deux hadiths ? S’il rattrape la prière du Witr -en l’accomplissant avec une seule Rak`a – et qu’il rattrape son Wird avec un nombre pair de Rak`as, il n’accomplira pas alors son Wird avec un nombre pair, puisqu’il ajoute la Rak`a du Witr ? Ou bien la question est tout autre ? Et qu’en est-il de la validité de la question d’annuler la prière du Witr ?

La réponse :

Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allah عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

La question posée se rapporte à la personne ayant une excuse, quant à celle qui n’a pas d’excuse, elle n’a pas le mérite du Witr, conformément au hadith le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم dit : « Celui qui atteint la prière de l’aube (Sobh) sans avoir fait celle du Witr, il n’aura pas alors le mérite de celle-ci »(2) et conformément également à sa parole: « Certes, la prière du Witr se fait pendant la nuit »(3).

Ces hadiths s’appliquent à la personne n’ayant pas d’excuse, vu que les autres textes rapportés relativement à la permission de rattraper la prière du Witr et autres concernent celui qui rate une prière en ayant une excuse, et ceci en guise de conciliation entre les preuves et les textes. Parmi eux on peut citer la parole du Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم: « S’il arrive à quelqu’un de manquer la prière du Witr à cause d’un sommeil ou d’un oubli, qu’il l’accomplisse alors quand il s’en souviendra»(4), et la généralitéexprimée dans la parole du Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم : « Lorsque l’un d’entre vous s’endort avant qu’il fasse la prière ou quand il l’oublie, qu’il la fasse quand il se rappelle »(5),(6).(7).

Ces textes sont une preuve qu’il est permis de retarder la prière quand on a une excuse, comme ils indiquent en apparence, mais la manière de rattraper le Witr pendant la journée est différente de celle de la nuit, c’est-à-dire, on l’accomplit avec un nombre pair, pas impair, conformément au hadith rapporté par `Â'icha رضي الله عنها qui a dit : « Lorsque le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم s’endormait ou qu’il était malade, il accomplissait douze Rak`as pendant la journée »(8). Sur ce, quiconque ayant l’habitude d’effectuer le Witr en une Rak`a, il le rattrape en faisant deux pendant la journée, et celui qui en effectue trois, il en fait quatre, et celui qui en fait cinq rattrape avec six et ainsi de suite, car le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم avait l’habitude d’accomplir onze Rak`as, et il a effectué douze pendant la journée.

Quant au Wird, il veut dire la partie du Coran qui est le chapitre comme il est établi par l’intermédiaire de `Omar Ibn Al-Khattâb رضي الله عنه qui dit : « Le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم dit : « Celui qui dort sans avoir récité son Hizb (la moitié d’un chapitre du Coran) ou une partie, et qu’il le récite entre la prière de l’aube et celle du midi, (sa récompense) lui sera inscrite comme s’il l’a récité la nuit »(9).

On a dit également que le mot Hizb veut dire ce qu’on a l’habitude de réciter pendant la prière de nuit, et si l’on interprète ainsi, il n’y aura pas de contradiction de conclure sa prière avec un nombre impair de Rak`as.

Quant à celui qui manque la prière du Witr pour cause d’un sommeil, d’un oubli ou d’une maladie, il pourra alors la rattraper pendant la journée en l’effectuant avec un nombre pair comme il est susmentionné.

Pour ce qui est de la question connue sous le nom de « L’annulation du Witr », qui consiste à ajouter au Witr une deuxième Rak`a et une autre Rak`a du Witr après avoir fait des prières au nombre pair d’unité (Chaf`), cet avis est faible pour deux raisons :

1-     La première : la prière surérogatoire avec une seule Rak`a n’est pas connue dans la charia.

2-     La deuxième : la prière du Witr (qui est au nombre impair d’unités) ne devient pas une prière surérogatoire en lui ajoutant des prières pour être au nombre pair, car celui qui accomplit le Witr pendant la nuit fait ce qu’il faut, et s’il se réveille et effectue une autre Rak`a, elle sera indépendante de l’autre. Ainsi, ils ne seront pas une seule prière vu qu’il y a entre elles, sommeil, impureté rituelle, ablution et paroles, en l’occurrence, il aurait fait alors deux prières de Witr, et s’il ajoute le dernier Witr, il aura accompli trois fois le Witr, et ceci va à l’encontre du hadith du Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم: « Pas de deux prière du Witr au cours d’une nuit »(10).(11). La contradiction consiste en le fait d’effectuer le Witr en plusieurs endroits de la prière nocturne.

Quant à ce qui est rapporté par l’intermédiaire d’Ibn `Omar(12) et `Ali Ibn Abi Tâlib(13) رضي الله عنهم qu’il est permis d’annuler le Witr en ajoutant une Rak`a, ces deux traditions sont contredites par le hadith Marfoû`(14) rapporté unanimement (par Al-Boukhâri et Mouslim) par l’intermédiaire d’Ibn `Omar رضي الله عنهما: « Faites en sorte que le Witr soit votre dernière prière nocturne », de plus, c’est ce qu’on raconte qui compte, pas ce qu’on voit. 

En somme, le Chaf` (prière au nombre pair de Rak`as) et le Witr sont restreints au sens religieux. Si on tient compte de ce sens, le Witr ne devient pas Chaf`, car le Chaf` est surérogatoire alors que le Witr est une sunna confirmée ou obligatoire avec une divergence par rapport à ce dernier avis.

Si la prépondérance de l’annulation du Witr s’établit, ce que la majorité des oulémas pensent est qu’il est permis de faire la prière après le Witr sans avoir à le refaire. Ceci est rapporté avoir été narré par Abou Bakr, Sa`d, `Ammâr, Ibn `Abbâs et `Â'icha(15) رضي الله عنهم. La preuve de ceci est dans le hadith rapporté par l’intermédiaire de `Â'icha رضي الله عنها qui a dit : « Le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم prononçait le Taslîm (la salutation finale en prière) qu’on entendait puis accomplissait deux Rak`as après le Taslîm en posture assise »(16) et le hadith rapporté par l’intermédiaire d’Oum Salama que : « Le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم accomplissait deux Rak`as après le Witr en posture assise »(17). En outre, on a cité précédemment le hadith « Pas de deux prière du Witr au cours d’une nuit » qui indique l’interdiction de répéter le Witr.

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 17 Dhou Al-Qa`da 1427 H,

correspondant au 8 décembre 2006 G.

 



(1) Prière dont le nombre de Rak`as (unités) est impair et qui se fait dans la nuit après la prière d’El-`Ichâ' pour clôturer les prières surérogatoires. Note du traducteur.

(2) Rapporté par Ibn Hibbâne dans As-Sahîh (hadith 2408), par Ibn Khouzayma (hadith 1092), par Al-Hâkim (hadith 1159), par `Abd Ar-Razzâq dans Al-Moussannaf (hadith 4591), par At-Tayâlissi dans Al-Mousnad (hadith 2192), par l’intermédiaire d’Abou Sa`îd Al-Khoudri رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Hâkim dans Al-Moustadrak, Adh-Dhahabi est d’accord avec lui quant à ce jugement (1/441). Al-Albâni l’a jugé également authentique dans Irwâ' Al-Ghalîl (2/154).

(3) Rapporté par At-Tabarâni dans Al-Mou`djam Al-Kabîr (hadith 891), par `Abd Ar-Razzâq dans Al-Moussannaf (hadith 4607), par l’intermédiaire de Mou`âwiya Ibn Qourra رضي الله عنه. Ce hadith est jugé Hassane (bon) par Al-Albâni dans As-Silsila As-Sahîha (hadith 1712).

(4) Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre « Les chapitres concernant le Witr » (hadith 1431), par At-Tirmidhi, chapitre du « Witr » (hadith 465), par Ibn Mâdjah, chapitre de « L’accomplissement de la prière et la sunna en elle » (hadith 1188), Ad-Dâraqotni (hadith 1656), Al-Bayhaqi (4711), par l’intermédiaire de Abou Sa`îd Al-Khoudri رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Irwâ' Al-Ghalîl (2/189).

(5) Rapporté par Al-Boukhâri, chapitre des « Horaires de la prière » (hadith 597), par Mouslim, chapitre des « Mosquées » (hadith 1600), par Abou Dâwoûd, chapitre de « La prière » (hadith 442), par An-Nassâ' i, chapitre des « Horaires » (hadith 613), par At-Tirmidhi, chapitre des « Horaires » (hadith 178) et par Ibn Mâdjah, chapitre de « La prière » (hadith 696), par l’intermédiaire d’Anas رضي الله عنه.

(6) Rapporté par Ahmed (hadith 25527), par `Abd Ar-Razzâq dans Al-Moussannaf (hadith 4603), par Al-Bayhaqi (hadith 4620), par l’intermédiaire de `Â'icha رضي الله عنها. Ce hadith est jugé Hassane (bon) par Al-Haythami dans Majma` Az-Zawâ'id (2/511). Il est jugé authentique par Al-Albâni dansIrwâ' Al-Ghalîl (2/155).

(7) Rapporté par An-Nassâ' i, chapitre des « Horaires » (hadith 612), par Al-Bayhaqi (hadith 4637) et par Al-Bazzâr dans Al-Mousnad (hadith 2030), par l’intermédiaire d’Ibn Mass`oûd رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dansIrwâ' Al-Ghalîl (2/156).

(8)  Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre de « La prière » (hadith 1342), par At-Tirmidhi, chapitre « Les chapitres de la prière » (hadith 445), par Ibn Hibbâne (hadith 2619) et par Ahmad (hadith 24384), par l’intermédiaire de`Â'icha رضي الله عنها. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Sahîh Sounane Abi Dâwoûd (hadith 1342) et dans Sahîh At-Tirmidhi (hadith 445).

(9)  Rapporté par Mouslim, chapitre de « La prière des voyageurs » (hadith 1779), par Abou Dâwoûd, chapitre de « La prière », concernant les chapitres de la prière nocturne (hadith 1313), par At-Tirmidhi, chapitre de « La prière » (hadith 518), par An-Nassâ'i, chapitre de « La prière nocturne et des prières surérogatoire pendant la journée » (hadith 1790), par Ibn Mâdjah, chapitre de « La prière » (hadith 1343), par Ad-Dârimi, (hadith 1529) et par Al-Bayhaqi (hadith 4737), par l’intermédiaire de `Omar Ibn Al-Khattâb رضي الله عنه.

(10)  Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre de « La prière » (hadith 1438), par At-Tirmidhi, chapitre du « Witr » (hadith 470), par An-Nassâ'i, chapitre de « La prière nocturne et des prières surérogatoire pendant la journée » (hadith 1679), par Ahmad (hadith 16733) et par Al-Bayhaqi (hadith 5039), par l’intermédiaire de Talq Ibn `Ali رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Sahîh Al-Djâmi` (hadith 7567).

(11) Rapporté par Al-Boukhâri, chapitre du « Witr » (hadith 998), par Mouslim, chapitre de « La prière des voyageurs » (hadith 1755), par Abou Dâwoûd, chapitre du « Witr » (hadith 1438), par Ahmad (hadith 4813) et Al-Bayhaqi (hadith 5023), par l’intermédiaire de `Abd Allâh Ibn `Omar رضي الله عنهما.

(12) Rapporté par Ahmad (hadith 6155), jugé authentique par Ahmad Châkir dans sa recension de Mousnad Ahmad (9/39) et jugé Hassane  (bon) par Al-Albâni dans Irwâ' Al-Ghalîl (2/194).

(13) Rapporté par `Abd Ar-Razzâq dans Al-Moussannaf (hadith 6484) et jugé authentique par Zakariyya Ibn Ghoulâm Qâdir Al-Pâkistâni dans Mâ Saha Min Âthâr As-Sahâba Fil Fiqh (1/395). 

(14) Un hadith Marfoû` : propos, acte ou approbation attribué au Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم.

(15) Voir ces traditions et leurs chaînes de narration dans Mâ Saha Min Âthâr As-Sahâba Fil Fiqh de Zakariyya Ibn Ghoulâm Qâdir Al-Pâkistâni (1/394-398).

(16) Rapporté par Mouslim, chapitre de « La prière des voyageurs » (hadith 1739), par Abou Dâwoûd, chapitre de « La prière » (hadith 1343), par An-Nassâ'i, chapitre de « L’oubli » (hadith 1315), par Ibn Mâdjah, chapitre de « L’accomplissement de la prière » (hadith 1191), par Ibn Khouzayma (hadith 1078), par Ahmad (hadith 23876), par Al-Bayhaqi (hadith 4852), par l’intermédiaire de `Â'icha رضي الله عنها.

(17) Rapporté par At-Tirmidhi, chapitres du « Witr » (hadith 471), par Ibn Mâdjah, chapitre de « L’accomplissement de la prière » (hadith 1195), par Ahmad (hadith 26013). Ce hadith est jugé authentique par Al-Albâni dans Michkât Al-Massâbîh (hadith 1284).