Le jugement relatif aux cartes d’invitation au festin et le fait d’y écrire au commencement «Au Nom d’Allâh…» | Le site officiel du Cheikh Mohamed Ali FERKOUS
Skip to Content
Jeudi 18 Safar 1441 H - 17 octobre 2019 G



Fatwa n° 805

Catégorie : Fatwas relatives à la Famille - L'acte de mariage - Les étiquettes du mariage

Le jugement relatif aux cartes d’invitation
au festin et le fait d’y écrire au commencement
« Au Nom d’Allâh… »

Question :

Quel est le jugement relatif aux cartes d’invitation au festin de la fête de mariage ? Et quel est le jugement concernant le fait d’y écrire : « Au Nom d’Allâh le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux », un verset ou un hadith ?

 

Réponse :

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection. Cela dit :

En effet, il n’y a pas de différence entre le jugement relatif aux expressions orales et celui qui concerne les expressions écrites, conformément à la règle « L’écriture est pareille au discours oral », ainsi que la règle « L’écriture d’une personne lointaine est pareille au discours d’une personne proche », puisque tel que l’on dit : « La plume est l’une des deux langues ».

Sur ce, il est pareil de faire l’invitation au festin oralement ou par écrit, car les deux manières sont permises et claires. Par ailleurs, si la personne est quasi sûre que ces cartes d’invitation seront jetées à la poubelle après que leur date soit passée, vu le manque de piété, l’insouciance ou autres motifs, le mieux, alors, serait de ne pas y écrire « Au Nom d’Allâh… », un verset coranique ou un hadith de peur que la mention du Nom d’Allâh سبحانه وتعالى ne soit exposée à l’offense. Néanmoins, si la personne inclut [l’expression] « Au Nom d’Allâh… » dans ces cartes, cet acte demeurera permis car le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم commençait ses missives par [l’expression] « Au Nom d’Allâh… »(1), et afin de suivre l’exemple des sourates coraniques.

Quant à celui qui reçoit la carte d’invitation, il doit veiller à ce qu’elle ne soit pas mise dans des endroits ignobles, car s’il contrevient à cela, il en sera responsable et c’est lui qui en supportera le péché et non son auteur.

Le savoir parfait appartient à Allâh سبحانه وتعالى, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 18 de Safar 1428 H,
correspondant au 7 mars 2007 G.

 



(1) Cf. : Sahîh Al-Boukhârî révélation (7) et Sahîh Mouslim (1773), par l’intermédiaire d’Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما, par la voie d’Aboû Soufiâne Sakhr ibn Harb رضي الله عنه.